Filtrer par

  • Type de bâtiment

  • Solutions

  • Matières

  • Couleurs

Histoire d’une façade en fer et briques qui retrouve sa jeunesse

Un bâtiment industriel centenaire retrouve son aspect d’origine tout en gagnant en confort thermique grâce au bardage StoVentec SCM habillé de briques et de métal.

Au centre du vaste projet de quartier « Village Delage », à Courbevoie (Hauts-de-Seine), un bâtiment de trois étages en charpente métallique et briques sera conservé : c’était le site de fabrication des voitures de luxe Delage de 1912 à 1935. Emblématique des bâtiments industriels de cette époque, il est couvert d’une toiture shed en dents de scie. Après des années d’abandon, les locaux ont été convertis en ateliers puis en bureaux et entrepôts. Mais le bâtiment a subi des dommages de guerre et souffert du manque d’entretien… jusqu’à l’arrivée de nouveaux copropriétaires.

Adapter l’Avis Technique

La quinzaine de copropriétaires s’adresse en 2015 à l’Atelier d’Architecture Alter Ego pour réaliser un diagnostic de la bâtisse. S’ensuit un projet de rénovation de l’enveloppe qui restitue l’aspect des façades en briques et métal. Natacha Buffa et Vincent Cabre, les architectes en charge du projet, préconisent une façade ventilée afin d’assurer l’isolation thermique du bâtiment tout en offrant de la latitude sur le plan esthétique. Mais comment la fixer sur la façade d’origine et comment reproduire l’appareillage de brique entrecoupé de profilés métalliques ?

 

 

La société Béchet propose la solution la plus satisfaisante : le bardage StoVentec SCM avec finition en briquettes de terre cuite. Selon l’Avis Technique du procédé, l’ossature du bardage est solidarisée à la structure porteuse, généralement en béton ou en maçonnerie, par des pattes-équerres. Mais ici, la difficulté est de fixer le bardage sur la façade existante qui n’est pas en béton. Impossible de l’accrocher sur les briques qui n’ont pas une résistance suffisante. Reste la structure en fer puddlé. L’idée du président de l’entreprise, Hugues Béchet, et de ses équipes est de réaliser une structure intermédiaire fixée sur les montants verticaux en fer et qui supporte le complexe de bardage. Cette dérogation à l’Avis Technique est soumise au bureau d’études structure du projet, au service technique de Sto ainsi qu’au bureau de contrôle Veritas qui valident la solution proposée après avoir vérifié que cette sous-structure ne subirait pas de déformations au-delà de ce que peut accepter ce parement.

Une façade en bardage et briquettes de parement
Une façade habillée de brique et de métal

Restituer l’aspect d’origine du fer et de la brique

140 mm de laine de verre sont recouverts de la structure primaire imaginée par Hugues Béchet avant d’apporter sur celle-ci le système de façade ventilée StoVentec SCM. Un réseau de rails horizontaux en aluminium supporte des plaques à revêtir en billes de verre expansé. Un primaire (StoPrim) est appliqué sur les plaques, puis recouvert d’un enduit de marouflage (StoLevell Uni) et d’un treillis d’armature en fibre de verre. Les briquettes de terre cuite sont ensuite collées au mortier StoColl KM FR puis jointoyées avec un produit adapté. Le calepinage des briques sable et rouge orangé est différent sur les deux façades. Fidèle à l’original côté cour, il a été réinterprété par les architectes côté rue car la façade avait subi de nombreuses modifications depuis son origine. Des bandes d’aluminium laquées grises viennent s’intercaler entre les panneaux de bardage pour reconstituer l’aspect de la structure métallique d’origine. Fixées sur les poutres epsilon par leur propre ossature, elles sont ornées de cabochons en aluminium imitant les rivets style Eiffel.

Recoupement feu

Une autre innovation du chantier concerne le recoupement feu imposé aux façades ventilées par l’instruction technique IT 249. Il est ici réalisé avec un dispositif invisible de l’extérieur en remplacement de la bavette acier débordante. En cas d’incendie, cette bande collée et fixée mécaniquement sur un bandeau de laine de roche haute densité s’expanse pour compartimenter la lame d’air.

En juin 2019, après un an de travaux, le bâtiment a retrouvé son allure d’antan.

Sophie Antoine, copropriétaire, membre du conseil syndical

Des décennies sans entretien

« Pendant des décennies les copropriétaires du bâtiment l’ont aménagé sans réelle politique d’entretien. Aucune intervention majeure n’a été réalisée. Le bardage ajouté au fil du temps pour maintenir l’étanchéité à l’air et à l’eau était en si mauvais état que des éléments chutaient au pied du bâtiment lors des tempêtes et les infiltrations d’eau se multipliaient. Au début des années 2010 est arrivée une nouvelle génération de copropriétaires plus jeunes, plus entreprenants. Une première campagne de rénovation a été entreprise en 2014, avec le remplacement des fenêtres. »

Hugues Béchet, président, entreprise Béchet

Une sous-structure pour porter le bardage

« Des poutres epsilon en acier de 9 m de longueur sont boulonnées sur des consoles en T préalablement soudées sur les montants verticaux en fer puddlé de la façade. Neuf rangs de rails sont ainsi répartis sur la hauteur de la façade. Puis des tubes carrés de 50 x 50 mm sont vissés horizontalement sur ces profilés tous les mètres pour constituer un système de poutre treillis sur toute la façade. La structure est prête pour recevoir les rails en aluminium du système de façade ventilée StoVentec SCM. »

Type de bâtiment : Locaux d’activité

Localisation : Rue du Moulin des Bruyères, 92400 Courbevoie

Surface de façade traitée : 1 800 m2

Maître d’ouvrage : Copropriété représentée par NCG Immobilier

Maître d’œuvre : Atelier d’Architecture Alter Ego

Entreprise applicatrice : Béchet

Durée du chantier : juin 2018 – juin 2019

Solutions utilisées : bardage StoVentec SCM avec finition StoBrick  + ITE StoTherm Brick finition parements de terre cuite