Un donneur d’ordre, qu’il soit particulier ou professionnel, se questionne légitimement sur le « juste prix » d’un ravalement de façade.

Le budget des travaux de ravalement va dépendre du projet dont il est question, de fait du diagnostic à réaliser et des préconisations qui vont en ressortir.

Les principales étapes du diagnostic, qui vont conditionner la préconisation, et donc le prix du ravalement sont :

  • Détecter la nature du support initial : enduit ou peinture organique/minérale
  • Tester la sensibilité à l’eau du support
  • Tester l’adhérence de l’ancien revêtement
  • Effectuer un relevé des défauts esthétiques et des désordres (mettre photos esthétique désordre)
  • Si fissures généralisées sont observées, les mesurer pour connaitre le système d’imperméabilité adapté.

L’exactitude du diagnostic et la préconisation vont permettre l’évaluation chiffrée des travaux.

Plus le projet nécessitera d’interventions,  plus le coût et le temps de réalisation seront importants sans compter la fourniture de l’échafaudage, le temps de main d’œuvre et les frais fixes et marge de l’entreprise).

Pourquoi une préconisation technique est-elle la meilleure base de travail pour chiffrer un ravalement au juste prix ?

Chez Sto, 80 conseillers techniques, chargés d’affaires, techniciens d’application et prescripteurs Sto, se déplacent chaque année sur un millier de chantiers pour effectuer des diagnostics et préconisations techniques. Leur compétence est reconnue par la maîtrise d’ouvrage et le maîtrise d’œuvre ; la qualité des diagnostics, l’identification des pathologies, et les options techniques préconisées sont documentées.

Conclusion : le juste prix du ravalement ne se discute pas entre un donneur d’ordre et un façadier.  La qualité des produits et leur mise en œuvre contribueront à la qualité du rendu final.

Pour en savoir plus sur le ravalement de façade