Filtrer par

  • Type de bâtiment

  • Solutions

  • Matières

  • Couleurs

Histoire d’une école où il fait bon apprendre

Plus de confort thermique et une esthétique renouvelée : c’est ce qu’a gagné l’école Sainte Madeleine la Joliverie de Nantes (44) grâce à l’application d’un système d’isolation par l’extérieur.

 

A Nantes, l’école-collège Sainte Madeleine la Joliverie a connu de multiples agrandissements au fil des ans. Au bâtiment du XIXe siècle se sont ajoutées des constructions en maçonnerie ou en béton pour former un ensemble hétéroclite.

Dans le cadre d’un vaste programme de rénovation immobilière engagé par le groupe la Joliverie, la réfection de l’ensemble des façades sur la cour primaire est entreprise en 2018. L’école occupe des bâtiments R+2 qui entourent une cour de récréation. Les façades sont mal isolées et ne présentent aucune cohérence esthétique.

 

Harmonie des façades créée, et luminosité des classes ménagée

L’établissement fait appel à l’agence d’architecture nantaise Mûrisserie d’Yves Parent et Sonia Rachdi. L’architecte préconise de remplacer les menuiseries existantes par des fenêtres en aluminium gris anthracite avec volets roulants et d’appliquer sur les murs un système d’isolation thermique par l’extérieur pour unifier l’ensemble.

« Nous n’avions pas d’objectif précis de performance énergétique à atteindre pour ce projet » note l’architecte. « Nous n’avons pas réalisé de bilan thermique des bâtiments. Mais je pense que le point de départ était très bas et le classement énergétique du bâtiment probablement F ou G. »

La mise en œuvre d’une ITE entraîne l’épaississement des murs autour des fenêtres et forcément une perte de luminosité. Afin de réduire l’épaisseur d’isolant pour ménager le clair de vue dans les classes en évitant l’effet « meurtrière » de fenêtres très enfoncées dans les murs de façades, l’architecte opte pour le StoTherm Resol. Les plaques d’isolant Sto-Panneau Resol sont en effet constituées de mousse phénolique très performante. Son coefficient de conductivité thermique (lambda) est de 0,022 W/(m.K) quand celui du polystyrène expansé (PSE) varie de 0,031 à 0,038 W/(m.K) selon les configurations (gris ou blanc). Une épaisseur d’isolant de 12 cm sera ainsi suffisante (contre 17 à 21 cm avec du PSE), et 40 mm en tableaux des baies.

En termes de finition, l’architecte souhaite voir appliquer un enduit assez lisse pour éviter son encrassement. Ce sera un enduit taloché StoSilco à base de résine siloxane.

Quant au rez-de-chaussée, particulièrement exposé aux chocs dans une cour d’école, il sera revêtu sur 1,80 m de hauteur de briquettes en résine polymère de couleur grise. Moins épaisses que les briquettes en terre cuite, celles-ci présentent un aspect de brique naturelle se montrent moins douloureuses pour les enfants en cas de choc frontal, tout en résistant mieux aux sollicitations mécaniques.

 

Un site occupé sensible

Les travaux sont confiés à la société Paul Turpeau. Pour les compagnons, déjà familiarisés avec les techniques d’isolation par l’extérieur, la spécificité de ce chantier est d’intervenir en site occupé dans une cour d’école où évoluent de jeunes enfants et entourée de salles de classe qui exigent le minimum de bruit. Durant la préparation du chantier, la cohabitation chantier-élèves est organisée entre la direction de l’école et l’encadrement du chantier. Une fois ce protocole établi, les travaux peuvent démarrer fin 2018 pour les quatre compagnons chargés d’appliquer l’isolation et l’enduit, puis pour les deux poseurs de briquettes.

Précision de mise en œuvre

Les étapes de mise en œuvre du système StoTherm Resol diffèrent peu d’un ITE avec polystyrène expansé. Les panneaux isolants sont calés avec du mortier colle appliqué en plein sur leur face arrière puis la fixation mécanique est assurée par chevillage. Dany Sega, conducteur de travaux de l’entreprise Paul Turpeau, note cependant qu’un soin particulier doit être apporté au calage des panneaux car aucun rattrapage n’est ensuite possible : les panneaux sont en effet recouverts sur les deux faces d’une toile en fibre de verre non tissée qui interdit tout ponçage.

Les briquettes de parements en résine souple, collées une à une sur le support armé, se coupent facilement au cutter. Un avantage sur ce chantier où le bruit est banni. La coupe de briques en terre cuite à la scie lapidaire aurait engendré bruit et poussière. Après la pose de quelques briquettes sur la colle teintée appliquée au mur, les joints sont simplement lissés dans la colle avec une brosse humide.

Les précautions prises en amont auront permis au chantier de se passer dans de bonnes conditions, estiment tous les intervenants. Et le résultat, tant esthétique que thermique, est à la hauteur de leurs attentes : une école où il fait bon vivre.

Anne Touré, directrice adjointe La Joliverie, responsable du site école-collège Sainte Madeleine

Une cohabitation bien préparée

« Les travaux ont duré près d’une année scolaire, dans une cour entourée de salles de classe. Pour que la cohabitation entreprises-élèves se passe au mieux, nous avons délimité une zone de chantier et redéfini les fonctions entrée-sortie des élèves et des entreprises afin de créer un circuit cohérent. Des tranches horaires précises ont été fixées pour les travaux bruyants tels que le perçage. »

Yves Parent, architecte agence Mûrisserie

Donner une unité à des bâtiments disparates

« Outre l’amélioration de la performance thermique des bâtiments, ces travaux visaient à harmoniser des façades hétérogènes aux couleurs différentes. Le blanc et le gris apportent l’unité recherchée. En soubassement, les briquettes protègent le    mur des chocs inévitables dans une cour d’école et leur matériau, plus souple que la terre cuite, présente un contact plus doux pour les enfants. »

Type d’intervention : Isolation thermique par l’extérieur

Localisation : 10 quai Hoche, 44000 Nantes

Surface traitée : 1 200 m2

Maîtrise d’ouvrage : Ecole Sainte Madeleine La Joliverie

Maîtrise d’œuvre : Agence Mûrisserie Architecture Parent + Rachdi

Entreprise : Société Paul Turpeau

Date des travaux : année scolaire 2018-2019

Solution utilisée : ITE StoTherm Resol, enduit taloché silane StoSilco K et Sto-Briquettes de parement